26 avril 2016 ~ 0 Commentaire

100 millions c’est peanuts!

pognon

100 millions de dollars voilà un montant qui à première vue frappe les esprits,  semble gigantesque et pourtant est tellement dérisoire.

Décortiquons ce chiffre. Sur ces 100 millions de dollars en réalité Uber ne s’engage à en débourser que 84 millions, les 16 millions restant ne seraient déboursés que dans l’hypothèse où Uber entrerait  en bourse et que sa valeur d’introduction flamberait d’au moins 50%. Quand on sait que beaucoup d’analystes haussent des épaules lorsqu’on leur parle d’une valorisation de 60 milliards pour une société qui non seulement ne gagne pas un centime, mais perd des milliards chaque année. Dans le contexte de bulle boursière que beaucoup commencent à redouter, on peut douter de l’exécution de cette dernière clause.

shannon liss-riordan

Mais revenons à nos 84 millions,  ôtons-en 25 qui reviennent au bureau d’avocat de Shannon Liss-Riordan, reste donc 59 millions. Sachant que la class-action était menée au nom des plaignants de Californie et du Massachusetts, si on les additionne, ils forment un bataillon de 350 000 âmes selon le Wall Street Journal et bien figurez vous que ces pauvres bougres auront dû renoncer à leurs droits sociaux pour la somme risible de 240 dollars…la belle affaire !

Interrogée par le Wall Street Journal, Shannon Liss-Riordan explique avoir accepté cet accord certes très fructueux pour son cabinet, mais sans l’effet escompté pour les plaignants en raison du risque que constitue le choix du juge Edward Chen de confier la décision cruciale de requalifier les contrats des chauffeurs à un jury populaire.  Se basant sur le fait que l’application Uber avait du succès auprès d’un large public que le low cost séduit toujours quelle qu’en soit les implications en bout de chaîne. Le risque qu’un tel jury  n’aille  pas dans son sens était important. La transaction a donc été acceptée dans le souci de ne pas créer un précédent alors que son cabinet est toujours engagé dans des batailles importantes qui l’opposent à des poids lourds de la Silicon Valley adeptes de l’économie à la demande.

De son côté Uber en acceptant de payer même peanuts (oui, oui 100 millions c’est peanuts) fait en quelque sorte aveu de la fragilité de son modèle qui sous d’autres cieux et face à une justice qui ne transigerait pas avec les droits sociaux, pourrait cette fois rendre définitivement les armes.

S.B.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus